mardi 1 juin 2010

La pratique est plus amusante

Il y a deux enfants chez moi. Une fille de 13 ans, l'enfant de ma blonde dont elle a la garde et un garçon de 10 ans, bientôt 11.

Pas que je ne les aime pas, mais sincèrement, chaque jour, ils font de quoi me tomber sur les nerfs. Commençons par elle :

Baboune, pas d'humeur, j'ai 13 ans et j'ai toujours raison, rouspète, pas d'humeur, baboune, rouspère, baboune et pas d'humeur. J'ai le droit à ça chaque jour. N’essaie pas de lui faire entendre raison. ELLE a toujours raison!

Je devine ce que vous vous dites : « C'est normal, elle est ado, ça va passer avec le temps ». Déjà que je n'ai pas de patience...

Je ne suis pas encore rendu aux excès comme dans toute bonne vie de jeunesse. Ça va être quoi? Ta gueule t'es pas mon père? Je vis quand même 5 jours sur 7 avec toi quand ce n'est pas des compétitions à l'école et que tu dois rester à la maison pour y participer.

Lui:

Plus problématique. Manque de confiance en lui malgré un potentiel très élevé, s'intéresse à presque rien, rouspète (ça, c'est normal, tous les ados le font, je pourrais passer par-dessus ça), s'abaisse, capote pour rien, ne mange rien pour les repas si ce n'est pas de la junk food. Ne sors pas du sous-sol. Je l'appelle mon vampire!

Évidemment, ses relations interpersonnelles en souffrent, mais ça, je ne peux rien y faire. J'ai déjà organisé la rencontre avec le garçon en face de chez nous pour qu'ils jouent ensemble les fins de semaine quand mon fils est avec moi. Lui aussi ne sort pas de la maison, je ne le vois que très rarement dehors. Je vous dis que cette génération de jeux-vidéo, j'y crois beaucoup quand les médecin affirment que ces jeunes souffriront de maladie de vieillesse très tôt dans leur vie adulte.

Je sais ce que vous pensez. Je ne suis pas le premier ni le dernier parent à vivre une telle situation. En 2010, j'ai cette impression que les enfants ont tellement tout cuit dans le bec qu'ils se contrefoutent de tout. La fille est l'exemple type de la société d'hyperconsommation que nous avons. Par exemple, un CD de musique a une durée de vie de 2 semaines environ. Après ce n'est plus bon.

Pourtant, elle regarde les vieux Lance et Compte sur Illico, série qui a très mal vieilli en passant.

Pour fiston, j'ai essayé toute sorte d'activité pour le faire bouger. Natation, soccer, karaté (plus de succès avec ce dernier), je l'ai amené au hockey cosom et lui, il joue au DS. J'essaie de l'intéresser à la lecture ou de m'intéresser à ce qu'il aime comme l'astronomie. J'ai acheté un livre cartonné, de belles pages en couleur sur le système solaire, il ne l'a pas consulté une seule fois. Moi aussi, à son âge, j'aimais les planètes... un signe?

Quoi qu'il en soit, c'est le refus global. Sa cinquième année est très difficile. La professeure m'appelle ou me parle régulièrement de ses comportements. Un garçon, ça manque de maturité, je le sais déjà.

Sous les menaces de l'école, parce que c'est leur façon de faire, j'ai consulté pour et avec lui. Le premier pédopsychiatre était un bolo écrasé sur sa chaise. Pour mal faire, mon gars sautait partout et quand je dis sauter, c'est la sauterelle, la grenouille et le kangourou mélangés ensemble! Donc, sans une seule question, après 15 minutes, il a levé la main et a dit Ritalin.

Ça n'a rien changé (et dire qu'il a un diplôme, a-t-il une commission pour le nombre de prescriptions?) Nous nous tournons vers le CLSC. La jeune femme que nous avons rencontré est gentille. Si gentille qu'elle s'en va le mois suivant et refile le dossier à sa consoeur. Avec sa mère, fiston se roule à terre parce qu'il ne veut pas y être et la petite madame dit : « Il ne veut pas venir, pas grave, vous, les parents, viendrez chaque semaine, aléatoirement, me compter vos problèmes. »

Crée-toi un problème que je me fasse un salaire.

Évidemment, ça n'a rien changé. 3e et 4e année, nous avons eu un break. Et là, ça recommence. Mon gars dit tellement de méchanceté envers lui, ça me déchire chaque fois. Je me suis tourné vers le méchant privé. Mes assurances rembourseront. À suivre...

Comme je disais, la pratique est toujours le fun, c'est le résultat, quoique adorable, qui n'est pas toujours évident!

4 commentaires:

  1. Pour la fille, y'a pas grand chose à faire. À 13 ans, elle est en conflit avec tout le monde en général, avec les hommes en particulier (elles sont toutes féministes à cet âge-là... et on les comprend quand on voit agir les garçons). Plus vieille, oui, il y aura sans doute des excès du genre "t'es pas mon père", mais son humeur sera déjà plus égale et elle devrait redevenir raisonnable.

    Pour ton garçon... À cet âge-là, les garçons ont besoin de bouger, oui, mais ils veulent souvent l'attention de leur père. Le fait de se rabaisser, c'est souvent un signe qu'il a l'impression que tu l'ignores (c'est pas vrai, c'est sûr, mais bon, c'est pas toujours logique un enfant). Tu disais qu'il avait aimé un peu plus le karaté que le reste... est-ce qu'il existe des cours parents-enfants dans ta région? Sinon, tu peux te mettre aux jeux vidéos avec lui ;)

    Je sais que t'as sans doute un horaire de fou, mais au lieu d'essayer de rendre ton fils indépendant et autonome dans ses activités, peut-être que tu pourrais essayer de lui dégager une petite demi-heure supplémentaire pour que vous fassiez régulièrement quelque chose tous les deux? Ne serait-ce que sortir dehors regarder les étoiles, en utilisant le livre que tu as acheté...

    C'était mes observations d'ex-prof de secondaire. Je t'en reparlerai dans quelques années quand je serai maman d'ados ;) Bonne chance d'ici là!

    RépondreEffacer
  2. Habituellement, j'ignore tout ce qu'elle dit ou fait. J'argumente quand je sais qu'elle a tort, mais comme tu l'as lu, elle ne l'avouera pas! Ces temps-ci, je suis moins patient, tout m'irrite des enfants, je n'ai pas de break. Mais le constat que j'ai décris plus haut est celui de tous les parents, à différent niveau.

    Je passe pas mal de temps avec mon fils. Mais je ne peux pas remplacer les amis. C'est très complexe, ceux qui ont des bébés, profitez-en, c'est juste de petits problèmes (change ma couche, j'ai faim ou j'ai mal quelque part!).

    Merci pour le partage de ton expérience.

    RépondreEffacer
  3. Avec l'ado de 13 ans, tu peux toujours essayer de la regarder en grimaçant quand elle dit quelque chose qui a pas d'allure ou de rouler ostensiblement des yeux... Comme c'est comme ça qu'ils se traitent entre eux, alors des fois ça marche... (Entk, ça marchait pour la prof quand elle en avait ras-le-bol) Avec un peu de chance, elle va te demander pourquoi tu réagis comme ça et là tu auras une chance qu'elle écoute (sans admettre ses torts, bien sûr, faut pas trop en demander).

    Et c'est sûr que tu ne peux pas remplacer les amis pour ton fils. C'est lui le cas le plus difficile, c'est sûr. Tu peux juste lui faire sentir que tu es là. Et espérer pour le mieux.

    Enfin, c'est une mauvaise passe pour vous trois je pense ;) Bon courage!

    RépondreEffacer
  4. Tu m'as fait rien avec rouler les yeux, j'ai droit à ça 4-5 fois par jour!

    RépondreEffacer