jeudi 24 juin 2010

La mort de la revue Virages

Michèle Laframboise ramène les propos de la directrice littéraire, Marguerite Andersen, et fait un portrait global des subventions données aux revues à forts tirages et ceux à caractère culturel.

Je peux comprendre que le Canada croule sous les dettes et que des coupures doivent être faites. Mais ce montant qu'on retire à ces revues vont-elles baisser nos impôts? Bien sûr que non. Le gouvernement Harper ne coupe pas au bon endroit. Quand tu as des dettes, tu coupes le câble, l'Internet, l'auto ou le cellulaire, pas la nappe ou les oreillers.

7 commentaires:

  1. Encore une fois on préfère encourager les revues à potins plutôt que des revues culturelles qui ont du contenu. C'est triste.

    RépondreEffacer
  2. J'ignore si cela causera effectivement la mort de la revue Virage, mais une chose est certaine, les coupures ne sont pas faites au bon endroit comme tu le disais.

    Le gouernement semble croire qu'il faut couper partout où il lui semble nécessaire, mais ne demande pas vraiment l'avis de la population, ce qui n'est pas non plus une bonne chose. C'est là que les études de statistiques pourraient venir en aide, mais encore là, c'est une chose à double tranchant que l'on n'utilise jamais à des fins concrètes.

    RépondreEffacer
  3. Je trouve que c'est une grosse erreur. Ça coupe l'élan de certaines personnes qui songeraient peut-être un jour fonder leur propre revue ou reprendre la barre de celles qui s'essoufflent. Il y a un marché pour ces revues... bon, difficile à percer si on n'est pas hyper connu... mais tant qu'elles seront en demandes, que les gens continuent à être curieux et intéressés par ce qu'elles livrent, tant qu'il y a des gens qui retroussent leurs manches pour faire des miracles avec peu (comme dans le cinéma québécois) nos revues continuerons à persévérer.

    RépondreEffacer
  4. Je crois que malheureusement, le gouvernement préfère annihiler la culture. C'est peut-être seulement paranoïaque de moi, mais il semble que tout ce qui implique de cultiver l'esprit avec toute forme d'art n'est pas reconnu par nos chers élus et donc, reçoivent des coupes immondes sans justification aucune... je couperais davantage dans les postes de fonctionnaires avant de couper dans les arts, mais ça c'est seulement mon opinion.

    RépondreEffacer
  5. Le hic c'est qu'il subventionne les revues qui font plus d'argent, avec la pub, avec les ventes, avec l'empire Québecor. Même si le marché québécois est microscopique, ces revues doivent mieux tirer leur épingle du jeu que les revues littéraires qui ont besoin de cet argent pour survivre.

    RépondreEffacer
  6. Le gouvernement coupe dans la culture à grands coups de hache depuis quelques temps déjà. On serait dans un pays où la liberté d'expression aurait déjà été menacée qu'on aurait peur. Mais là, au Canada, on laisse passer. Je crois qu'il faut être vigilant et laisser savoir à notre cher gouvernement que c'est inacceptable.

    RépondreEffacer