lundi 5 avril 2010

À l'attaque les braves, sauvons-nous, les voilà!

Peu importe ce qu'en pensent les réfractaires, je profite de mon espace anonyme pour exposer ma vision de ce qui aurait pu être une belle preuve de solidarité. Premièrement, certaines personnes semblent porter le blâme. Je parlerais plutôt d'un échec collectif. D'une crise d'invidualisme généralisée dans toutes les sociétés dites évoluées.

Donc, attendez-vous pas que les gens se tiennent, parce que si les mesures réprobatrices de l'employeur (ou du gouvernement!)n'affectent pas le petit confort des gens, les moyens d'action meurent.
Triste, mais vrai!

Au travail comme dans mes impôts, je me sens floué. Volé, arnaqué, entourloupé! Tout semble voué à l'échec parce que tout le monde ne s'occupe que de leurs nombrils. Et je ne m'exclus pas, je ne suis pas mieux! Je fais aussi partie des 7 milliards de terriens.

Sincèrement, à mon travail, je ne désire qu'une chose. Une qualité de vie correcte et des conditions décentes. Dans ma vie, je veux moins d'État et plus d'argent dans mes poches. Je refuse de payer pour les baby-boomers qui n'ont pensé qu'à une chose... eux. Encore là, je sais bien que ce n'est pas le profil de toute une génération, mais une bonne majorité va siphonner les rouages jusqu'à leur mort.

Au boulot, c'est simple, les gens n'ont pas assez mal. Les négos s'en viennent, ça va frapper fort et ça va être à moi, le ti-caille d'essayer de maintenir la chaloupe hors de l'eau (celle de mon bureau du moins!) Souhaitez-moi bonne chance!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire